Souffler des Bulles de Dialogue : l’intention

Souffler des Bulles de Dialogue…

Dans cet article, je reviens sur l’intention des Bulles de Dialogue.
Depuis 3 semaines maintenant, je propose le jeudi à 18:00 de participer à une Bulle de Dialogue.

La première fois, j’ai été surprise du nombre d’inscrits qui a suivi mon invitation, et pour la première, je l’ai limitée à 30 participants. La seconde fois nous étions 50 participants. Ce soir, nous serons certainement à nouveau une cinquantaine.  Waoo, Quel succès !  Certains reviennent, d’autres s’inscrivent parce qu’ils en ont entendu parler. Pour un aperçu de ce qu’il se dit, jetez un coup d’oeil ici.

Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ?

J’avais le choix : soit je garde pour moi – je suis bien consciente que certains sont venus pour enrichir leurs propres pratiques de coach, de facilitateur, de médiateur, de professeur, de formateur,  d’animateur de communauté etc.. soit je continue à  partager.

Mon coeur dit partage. Mon estomac dit « tu ne peux pas partager gracieusement car tu ne te nourris pas de vent, ni même, malheureusement, de gratitude. »  «  Ces bulles te prennent de plus en plus de temps, tu ne peux pas en ajouter » . Mon coeur et mon ventre ont bataillé pas mal. Ma tête s’y est mis. Mes expériences passées, pas toujours agréables ou porteuses, me sont revenues en mémoire.  J’ai mal dormi. J’ai discuté. J’ai imaginé des scénarii. J’ai dessiné mes pires cauchemars.

 

Puis, à partir de ce tumulte, quelque chose de nouveau est apparu : la certitude que je voulais propager ces bulles. Que je ne peux pas le faire seule. Que d’autres qui voient de l’intérêt à apprendre ont aussi intérêt à ce que se crée ensemble une organisation qui permette à tous de s’y retrouver.   En ce temps d’incertitudes, se dessine la possibilité de la confiance. Comme dit Edgar Morin, il n’y a que le collectif qui peut nous soutenir dans ce genre de temps.

 

Alors, j’ai envie d’appeler à la construction d’une organisation organique, fluide, ouverte et centrée sur sa raison d’être et sa mission.

Apolitique. Non dogmatique. Qui permette aux bulles de continuer à créer de la valeur. Pour les participants. Pour les hôtes. Pour toutes les petites mains qui contribuent à faire de ces moments  de bulles des moments uniques.

Certes, cela va demander du travail de construire cela. Mais ensemble, nous tâtonnerons et nous y arriverons.

 

Hier soir je discutais avec un journaliste confiné au Sierra Leone, qui travaille à promouvoir un journalisme différent, un journalisme d’engagement. Où les lecteurs sont forcement impliqués. Ce que nous faisons avec les bulles lui parle.

 

Ce que j’entends, c’est que ces bulles sont des portes qui ouvrent à un monde différent, un monde de co-construction. 

Oui, en ce moment il existe de nombreuses initiatives de ce genre.

Non, on ne peut pas s’engager dans toutes.

Oui il faut choisir.

 

 

Si vous êtes là, peut-être avez-vous envie de choisir les Bulles.

C’est simple, c’est un petite bulle dans l’espace temps de votre semaine. Avec sans doute une deuxième petite bulle pour co-construire avec moi ce mouvement..

 

Dans un premier temps, j’ai besoin de l’aide d’un petit noyau de gens, prêt à travailler sur la prochaine étape.

 

Un pas à la fois, ça vous dit  ?

 

 

Si vous avez déjà participé à une bulle, si vous avez envie de construire avec nous,  inscrivez-vous ici. Pour une discussion à batons rompus. Entendre ce que chacun à envie de dire sur le sujet.

 

Au plaisir de vous entendre

 

 

Christine

 P.S. si vous avez envie d’organiser une bulle adaptée à votre contexte spécifique, contactez-moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!