Pourquoi je crois aux Bulles de Dialogue

Paire de mains au travail

En ce moment, je m’interroge beaucoup sur la meilleure manière de communiquer.

En effet, avec les Bulles, nous sommes confrontés à une situation que je trouve insolite :

  • Les gens qui participent aux Bulles du Jeudi sont ravis. Beaucoup nous disent que cela les fait grandir.
  • Pourtant ils ne reviennent que très rarement, n’envoient pas leurs connaissances et ne nous recommandent pas dans leurs organisations.

Alors  je cherche, je lis, je fouine et je m’interroge.

Ces questions m’ont amené à poser sur un papier les réponses à la question suivante :  pourquoi des bulles de dialogue ? Pourquoi donc les bulles sont importantes pour toi ? Pourquoi y crois-tu dur comme fer ? 

Je crois aux Bulles, dur comme fer, parce que

Le Dialogue, c’est entendre et se faire entendre.

Ecouter, apprendre à écouter pour ceux qui, sans le savoir, ne savent pas le faire.

Ecouter, c’est à la base de tant de choses ! Une compétence clé à réapprendre tous les jours. Pour comprendre. Pour soutenir. Pour aider. Pour se positionner.

S’écouter soi aussi, parce que le processus des bulles fait que, à condition de se laisser faire, on descend plus profondément en soi et on arrive au coeur de soi-même. Souvent à sa grande surprise.

Lorsqu’on est au coeur de soi, alors les choix sont tellement plus faciles ! Les décisions plus claires.

 

Vous avez-vu, c’est curieux, je parle de dialogue et j’arrive au coeur de soi.

Parce que j’ai vu que les Bulles apportent cela.

 

On ne se construit que dans le lien à l’autre.

Elles apportent cela, parce qu’elles apportent l’Autre : on ne se construit que dans le lien à l’autre !

Les bulles offrent cet espace miroir.

Dans le miroir, il y a l’autre.

L’homme est un animal social. Donald Winnicot disait  « There is no such thing as a baby !», qui s’est traduit par « un bébé tout seul ça n’existe pas ». Seul au départ existe une dyade : la mère et l’enfant. Et bien, d’une part nous venons de cela, d’une dyade puis d’une triade -le père (au sens  générique, celui ou celle qui tient ce rôle là) - séparant symboliquement la dyade et ouvrant le bébé au monde.

La bulle c’est un peu ça : on se retrouve en petit comité, on se sent cocon, ça nous conforte mais ça nous confronte aussi : l’autre n’est pas comme nous, il ne pense pas comme nous, il ne vit pas la même chose que nous. Il le dit !

En faisant cela, dans la Bulle, il se crée un lien entre des personnes qui ne se connaissent pas.

En entreprise, elles se disent : nous nous sommes rendus compte que nous avions une culture commune.

Dans les bulles du Jeudi, l’autre c’est mon humanité. Sa rencontre.

 

Rencontrer l'autre.

Nous sommes tous reliés quelque part. Dans les bulles on peut sentir cela.

Ressentir le lien à l’autre, né du dialogue vrai. Qui permet à la fois d’être soi et de laisser l’autre être lui-même.  

Un leadership d'excellence.

A l’heure où Tom Peters sort un nouvel ouvrage qui clame que l'excellence en matière de leadership est atteinte en se préoccupant constamment de la croissance de ceux que vous dirigez, je pense que ce type d’espace est d’actualité.

 

Bon, j’arrête, j’ai des frissons à vous écrire cela.

J’espère que ces quelques mots réussiront à vous transmettre ma passion pour les bulles et vous donneront envie d’en faire fleurir autour de vous. A vos agendas maintenant :

Calendrier

Programme de juin

4 juin 8h00 : Travailler ensemble, cela veut dire quoi pour moi ?

L’année qui vient de s’écouler à profondément questionné le “travailler ensemble”.

A distance, en présence, avec plus ou moins d’activité, nous avons dû faire preuve d’agilité et de créativité pour nous réorganiser, maintenir les liens et continuer à avancer dans nos missions.

Comment tout cela a-t-il modifié notre vision du faire ensemble ?

Quelles sont les belles pépites, expériences que nous avons envie de partager sur le sujet ?

Avec Anne Monot et Sophie Lavaur

Inscriptions

10 juin 18:30 Comment être pleinement soi-même à l’heure des réseaux sociaux ?

Que répondez-vous quand on vous demande qui vous êtes ?  Qui êtes-vous sur LinkedIn, Facebook, Instagram, Tik Tok, Clubhouse ou sur les autres réseaux sociaux sur lesquels vous êtes présent ? Construisez-vous chacune de vos identités ou êtes-vous simplement vous-même ?

D’ailleurs, que veut-dire être soi-même à l’heure des réseaux sociaux ?

Avec moi (ça vous étonne , ;))

Inscriptions

17 juin : Quelle place je donne au futur dans mon présent ?

Etes-vous plutôt cigale ou fourmi ?

Profiter du moment présent et vogue la galère, ou vivre pleinement tout en cultivant votre jardin pour qu’il fleurisse demain ?

Une Bulle pour méditer ensemble sur une belle question : Quelle place je donne au futur dans mon présent ?

Avec Sophie Lavaur et Anoush Kevorkian

Inscriptions

Rappel : 24 juin 18:30 Bulle de solidarité

La Bulle de Solidarité permet à chacun de formuler une demande d’aide et d’obtenir immédiatement des pistes de solutions concrètes de la part des autres participants.

Elle est une adaptation de la Troïka des Liberating Structures, elle même dérivée de l'esprit du co-développement.

Venez avec vos cailloux dans les chaussures pour expérimenter la Bulle de Solidarité.

Avec Christine et Anoush ou Anne

Inscription

*****

Rappel : 27 mai 18:30 Bulle de solidarité

Avec Anne et Pierre

Inscriptions

 

partenariat-Bulles-de-dialogue-La-Maison-du-Management.

Partenariat

Petite nouvelle supplémentaire , dont nous sommes ravis :

Nous sommes désormais partenaires de la Maison du Management

Et assurerons une fois par mois des bulles pour leurs adhérents.

 

Les Bulles du Jeudi sont assorties d’une participation libre et consciente payable en ligne. Votre participation s'élève à ce que vous estimez que la Bulle vous a apporté. Cela peut être 10€, 20€, 50€. Avec la possibilité que ce soit plus, ou moins. A très bientôt , pour de nouvelles conversations !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Christine Koehler