Incertitude et résilience

incertitude by Christine Koehler

Incertitude par Christine Koehler

 

Avancer dans l'incertitude

Nous étions 27 ce 4 juin à dialoguer sur la façon d’avancer dans l’incertitude.

Il y a ceux que l’incertitude pousse à clarifier ce qui est important pour eux.

Il y ceux qui sont déjà sur l’essentiel, qui ont  décidé de vivre avec peu de moyens et qui sont sereins :

ce que tu ne peux donner te possède.

Il y a les métaphores qui nous aident :

On n’entre jamais deux fois dans le même fleuve, disait Héraclite, car il coule.

Avoir les pieds sur la planche de surf et le regard qui indique la direction.

Etre une goutte dans l’océan ou un grain de sable dans le désert et se couler dans le tout sans perdre son essence.

 

Il a beaucoup été question de faire confiance à son intuition. L’incertitude nous oblige à nous faire confiance. On se réinterroge, on se fie à ses sensations, on fait de son mieux  et on s’adapte.

Ralentir, sentir, écouter.

Trouver le temps juste, le rythme juste, la parole juste.

Sans s’obliger à faire.

 

Il y a ceux que cela rend confiant :

 L’incertitude c’est les autres. C’est un changement tel, que ça a nourrit ma confiance. Je n’ai pas d’incertitude pour moi. »

La période est riche. Elle ne l’a jamais été autant, disent ils.

Si la vie est la vivacité nous sommes dans un champ fécond.»

Il y a ceux qui avancent en âge, qui savent qu’ils ne peuvent plus se rattraper dans une « session d’après » . La seule certitude, c’est d’avoir le coeur qui bat.

 

Et toujours quelques questions fondamentales. Je retiens celle-ci :

« Au niveau de l’Humanité, comment transformer le monde sans se transformer soi-même? »

 

 

J’espère que ces quelques vous a donné envie de participer à notre prochaine bulle, jeudi 11 juin,

 

Un grand merci à Anna van der Aa, Elisabeth Berneron et Jean-Bernard Bost pour leur aide précieuse.

 

 

 

Prochaine Bulle 11 juin

Avec une participation consciente.

 

On parle beaucoup de résilience en ce moment. Etre  résilient, c'est continuer à se développer après un traumatisme, en intégrant ce qu'on a vécu.

Après le choc que nous venons de subir,

comment continuer à grandir en tant qu’être(s) humain(s) individuellement et collectivement ? 

Qu'est-ce qui a fait choc et qui nous fait différent d'avant ? Comment, quoi intégrer  dans la poursuite de nos vies et de nos activités ?

 

Ce thème a émergé lors de la Bulle précédente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!